• Éditions Beya
  • volume n°4
  • 16 x 23 cm
  • 555 pages
  • ISBN : 2-9600364-4-1
  • couverture cartonnée cousue
  • illustrations en couleur : 1
  • parution : juin 2005

Louis Cattiaux

ART ET HERMÉTISME

Le Message Retrouvé - Œuvre poétique - Physique et métaphysique de la peinture

(Œuvres Complètes)

Présentation

BEYA a l’honneur de présenter la première édition des oeuvres complètes de Louis Cattiaux. Nous avons choisi de les reprendre sous l’intitulé Art et hermétisme. En effet, tant son oeuvre maîtresse, Le Message Retrouvé, que son essai Physique et métaphysique de la peinture, et l’ensemble de ses Poèmes, témoignent de sa maîtrise de l’Art d’Hermès. À propos du Message Retrouvé, René Guénon écrivait : « Les tendances qui s’y expriment sont en somme, de façon générale, celles de l’hermétisme ».

Le sens dernier à découvrir dans l’ensemble de ses oeuvres est toujours hermétique ou alchimique car l’auteur le considérait comme le sens central de son enseignement. Nous avons mis l’accent sur l’art, car cet Art avec un grand A, manifesté à travers sa prose, sa poésie ou sa peinture, n’est autre que celui qui consiste à unir le ciel et la terre : c’est le mystère de la rencontre entre Dieu et l’homme, pour donner le jour à la véritable Création ou Parole Prophétique, c’est-à-dire à la pensée divine corporifiée ou incarnée. Comme dit Emmanuel d’Hooghvorst, « donner corps et mesure à l’immensité, c’est le mystère de l’Art pur ».

Le terme d’Art se confond avec celui d’Hermétisme, mots différents pour exprimer la seule et unique expérience de la réception du DON du ciel, qui permettra au disciple initié de réaliser le Grand Oeuvre.

Table des matières

Avant-propos, J.-C. et J. Lohest

I LE MESSAGE RETROUVÉ
A propos du Message Retrouvé, EH
En guise d’introduction, EH
Présentation, E. et C. d’Hooghvorst
Note biographique
Dédicace
Père doré
Mère Brillante
La lumière
Livres de I à XXXX

II ŒUVRE POÉTIQUE
Poèmes d’avant (1930)
Poèmes du fainéant
Poèmes de la résonnance
Poèmes zen
Poèmes de la connaissance
Poèmes tristes
Poèmes alchimiques

Litanies hermétiques

Acrostiches du « mercure »

L’humilité

III PHYSIQUE ET MÉTAPHYSIQUE DE LA PEINTURE (essai)

Ordo ab Chaos

Dédicace

Introduction

Chapitres de I à XXXII

Recension(s)

L’Ame du monde, point et cercle de convergence du sacré et de l’écologie.

Itinérances bibliographiques.

Mohammed Taleb

Art et Hermétisme, Louis Cattiaux, 2005, 555 p.

Les éditions Beya, avec cet ouvrage, livrent aux lecteurs la première publication des œuvres littéraires complètes de Louis Cattiaux (1904-1953), dont la pensée, les écrits, la peinture et l’expérience intérieure s’inscrivent dans la longue filiation hérmético-alchimique. Le Message Retrouvé est au centre du volume. Les éditions Beya nous parle de leur inspirateur : « Comme tous les grands créateurs, il fut guidé par son génie artistique jusqu’au plus profond de l’esprit humain, là où l’individu s’unit à l’origine des mondes, que les hommes ont appelée Dieu. Certains artistes sont parvenus jusqu’à cet endroit mystérieux, mais très peu ont poursuivi le chemin jusqu’au bout, comme Cattiaux, au-delà de l’art. C’est pourquoi son œuvre est complètement originale. Elle nous invite à contempler le centre secret de la vie, indépendamment des apparences sous lesquelles elle se présente. »

Afin de faire écho à ce qui était au départ de notre article, à savoir l’évocation d’une pensée de l’Ame du monde en lien avec une pensée écologique-spirituelle, nous voudrions, en conclusion, offrir quelques paroles oraculaires de Louis Cattiaux :

Il faut observer patiemment la nature avant d’agir, sinon on devient insensé devant Dieu, insupportable aux autres et finalement odieux à soi-même (Livre I, 25).

La nature met toute lumière en évidence et amène toute chose à sa perfection (Livre I, 35).

La nature enseigne celui qui la regarde en face et qui l’explore jusqu’au fondement secret (Livre I, 62’).

Le monde préfère le poison fabriqué plutôt que l’eau naturelle du soleil et de la lune. « Ô individus endormis des foules agonisantes, votre égarement lamentable ne saurait réjouir les simples enfants de Dieu ; vous réveillerez-vous à la voix du Seigneur qui vous prie d’amour? » (Livre I, 73’).

L’esprit droit et simple pénètre facilement jusqu’au centre de la terre où repose l’or vivant. (II, 4’).

Celui qui n’est pas stupéfait et en admiration devant le mystère de l’homme et devant les miracles de la nature, ne découvrira jamais Dieu (II, 18).

La nature produit tout par l’eau et par le feu. Le sage perfectionne le monde de la même manière (II, 70’)

Demeurons silencieux et solitaires, scrutons attentivement la nature mouvante, prions Dieu avec amour et dépassement, ainsi nous arriverons aisément à la lumière qui enfante l’Univers (III, 6).

Le plus grand parmi les hommes, c’est celui qui peut accorder l’enseignement de la nature avec celui des livres saints pour ne faire qu’une seule chose (III, 101).

Ô mon Seigneur et mon Dieu, ouvre l’esprit et le cœur des rebelles et des fous qui pillent stupidement ta création et qui la violentent sans pitié, avant le coup qui va les émietter dans la mort sans retour ! (XXXVIII, 38’’).

Nous avons l’espoir que cet écrivain et artiste visionnaire puisse trouver une place de choix dans les bibliographies contemporaines qui œuvrent au réenchantement de notre relation au monde, à la Nature vivante, et à la Terre sacrée.


découvrez aussi...
 

Chargement de la conversation