• Éditions Beya
  • volume n°7
  • 16 x 23 cm
  • 301 pages
  • ISBN : 2-9600364-8-4
  • couverture cartonnée cousue
  • illustrations en noir et blanc : 44
  • parution : juin 2006

Raymond Lulle

LE TESTAMENT

du Pseudo-Raymond Lulle

Traduction de Hans van Kasteel

Présentation

La traduction a été accomplie avec beaucoup de soin par l'éminent philologue Monsieur Hans van Kasteel.

Raymond Lulle naquit en l'île de Majorque au XIIIe siècle. À l'âge de trente ans, il entra dans les ordres franciscain et devint un des hommes les plus savants de son temps.

S'il obtint la couronne de martyr et s'il fut proclamé bienheureux par le pape, fut-il aussi l'Adepte du Grand Oeuvre que la tradition a fait de lui? Ce fut une règle souvent observée par les Adeptes de brouiller ou d'effacer les traces de leur passage ici-bas.

Il y a actuellement unanimité parmi les spécialistes pour affirmer que les textes alchimiques attribués à Raymond Lulle ne sont pas sortis de la plume du bienheureux. On peut admettre l'hypothèse qu'ils aient été écrits par un de ses disciples. En effet, l'auteur anonyme qui rédigea le fameux Testamentum et le Codicillus n'a pas utilisé le nom de Lulle de manière arbitraire, mais intentionnellement. En quelque sorte, il se considérait comme le continuateur de son système philosophique, et surtout de son art, l'Ars Raymundi proposé par le bienheureux, puisque les alchimistes qui, dans leurs écrits, nous ont transmis la science de la nature, l'ont en effet utilisé.

Le Testament devint, au sein de la communauté des disciples d’Hermès, le texte de référence par excellence.

Dès la première moitié du XVIe siècle, les trois légendaires compagnons normands, Valois, Grosparmy et Vicot, en sont manifestement imprégnés.

Parmi les très nombreux auteurs cités par Michaël Maïer dans ses Arcanes très secrets (1613) (publié chez BEYA, 2005), Lulle occupe de loin la première place. Au milieu du XVIIe siècle, Eugène Philalèthe n’hésite pas non plus à citer souvent le Testament ; il appelle Lulle « le meilleur artiste chrétien qui fût jamais ».

Table des matières

Préface de Didier Kahn
Notice du traducteur
Table de correspondances

LE TESTAMENT

Prologue
I. Théorie
II. Pratique
III. Livre des Mercures
IV. Cantilène

Recension(s)

Lettre électronique N° 6 des Centres de Recherches sur l’Imaginaire Dijon — automne 2006, p. 48.

 LULLE Raymond, Le testament, trad. du latin Hans van Kasteel, préf. Didier Kahn, Grez Doiceau (Belgique), Beya, 2006, XXIII-301 p., ill., 24 x 17 cm, Attribué à Raymond Lulle ISBN 2-9600364-8-4, Rel., 35 €.

Œuvre maîtresse de l’hermétisme occidental rédigée sans doute par un disciple de Raymond Lulle et se réclamant de son enseignement philosophique. Ce texte servit de référence à la communauté des disciples d’Hermès notamment les trois compagnons normands : Valois, Grosparmy et Vicot.


PRésentation de l'ouvrage par le traducteur

 


DÉCOUVREZ AUSSI...
 

Chargement de la conversation